French (Fr)English (United Kingdom)

La SIPE

Société savante internationale, notre objectif est d'assurer le rayonnement de l'art thérapie.

Elle entend favoriser son essor en rassemblant scientifiques et professionnels de la psychiatrie, de la psychanalyse, de la psychologie et de la sociologie.

Quelques réflexions sur l'art thérapie et une technique projection visuelle dite "art moderne"


Nous ne sommes pas spécialiste en Art-thérapie. Mais cette méthode nous intéresse d’autant plus que nous avons mis au point une technique projective visuelle, dite « Art moderne » et qui relève, elle aussi, d’une forme d’Art : la peinture ou plus exactement le collage. En nous référant à l’ouvrage d’Annie BOYER, « Manuel d’Art thérapie », nous avons constaté que l’Art thérapie et « l’Art moderne » présentaient des différences, mais aussi de nets points de convergence. Nous tenterons donc une analyse sommaire de ces techniques et donneront un aperçu des réflexions qu’elles nous ont inspirées.

I. Analyse comparative de l’Art thérapie et de « l’art moderne »

1) Les objectifs.
Quels sont-ils ? Nous dirions tout d’abord que l’Art thérapie est une méthode (ensemble de techniques) de soin qui s’adresse à des adultes malades :

« l’Art thérapie s’adresse en effet à tous ceux qui sont porteurs de failles ou dehandicaps » (p. 69) ou encore à « ceux qui souffrent de problèmes psychologiques » :

L’Art thérapie s’étend « en particulier aux personnes souffrant dans leur corps, que le corps soit malade, vieilli, blesse ou handicapé…L’originalité de cette méthode réside dans l’utilisation de l’art qui permet de soigner » (p.14)
Cette méthode comporte une grande diversité de moyens aussi nombreux, en fait, que les formes d’art, … dont le collage.

Par contre, « l’Art moderne » est une technique de recherche qui à pour but de détecter une structure psychologique dite structurée intuitive ( L. ASTRUC) chez les enfants de 6/7 ans et de 9/12 ans.

  Elle s’apparente à la technique du collage, tant en ayant sa spécificité. Elle consiste à présenter aux enfants une feuille de papier blanc ( papier à lettre grand format) sur laquelle on a tracé au gros marqueur noir et absolument au hasard, un lacés de lignes noires, sinueuses, arrondies ou brisées, allant de bord à bord. Le réseau ne représente rien. Mais il s’agit d’y « voir quelque chose » nommé ou non, que l‘on découpera.
Deux règles :
- découper en suivant le milieu de la ligne noire
- ne jamais couper dans le blanc

 

Les éléments ainsi obtenus seront collés par l’enfant à son gré, sur un panneau de fond pour réaliser un tableau auquel il donnera un titre ou non. Selon les sujets, les éléments seront collés isolément, indépendants les uns des autres : ce sera la juxtaposition. Ils seront associés à plusieurs dans une synthèse partielle ou constitueront une synthèse proprement dite ; Par exemple, un bonhomme ou un paysage. A 6/7 ans, les enfants font un tableau « juxtaposition ». Toutefois un nombre non négligeable réalise de véritable synthèse proprement dite : ce sont nos intuitifs

A 9/12 ans, la majorité des enfants réalisent des synthèses proprement dites.
Nous avons alors complété la technique. Les enfants construisent un premier tableau selon la technique classique. Après quelques jours, un deuxième tableau :
Cette fois deux modifications
- Les deux règles sont supprimées
- Possibilité d’ajouts : rubans, papiers divers, dentelles, coloriage

Les intuitifs seront ceux qui ne taillent jamais dans le blanc.

2) Importance de l’œuvre
Ni dans l’Art thérapie, ni en « Art moderne », on ne vise à obtenir un résultat esthétique. Par contre, en Art thérapie, l’œuvre paraît n’avoir qu’une importance secondaire. « L’œuvre est là, elle n’a pas à être interprétée » (p.22)
En « Art moderne », au contraire, l’œuvre est primordiale. C’est en étudiant les tableaux des enfants que nous avons atteint notre but.

3) Relations interpersonnelles
Elles sont importantes en Art thérapie. « Ce qui est important est ce qui se passependant sa construction, ce qui est en mouvement, transfert dans le cadre mis en place »(p.22)
En « Art moderne », l’œuvre est primordiale. C’est en étudiant les tableaux des enfants que nous avons atteint notre but.
Les relations entre personnes sont de longue durée en Art thérapie.En « Art moderne », les enfants travaillent seuls et nous sommes avec eux le temps de les mettre en confiance et de la passation.

4) La créativité
En Art thérapie comme en « Art moderne, les sujets ne sont pas motivés au départ.
« La grande l’immense différence entre l’artiste et le patient qui peint ou qui écoute de la musique, c’est le besoin de créer. L’artiste à besoin de créer, pour survivre. La création est pour lui le moyen d’exister. Alors que nous, thérapeutes, nous invitons les patients à produire des œuvres. Or, ils n’ont pas cette urgence à créer » (p.21)
Il en est de même en « Art moderne » Les enfants n’éprouvent pas non plus le besoin de créer. Nous essayons de le susciter en leur disant qu’ils pourraient nous aider pour un travail que nous accomplissons. Nous ne proposons qu’un moyen de créer. Et le résultat est bien une création.

II. Remarques :

Nous voudrions signaler quelques points importants.

1) Toute création est expression de soi

C’est exact aussi bien en Art thérapie qu’en « Art moderne » Nous avons constaté que les tableaux des enfants étaient tous « différents » et si des thèmes communs apparaissaient parfois, ils étaient présentés de façons personnelles. De même, chaque
création est une manière de s’affirmer, aussi bien en Art thérapie qu’en « Art moderne »

2) Toute création exige liberté.

En Art thérapie : « On peut très bien mener un bon travail psychothérapique dans un atelier de pâte à sel (si l’on y gère une relation psychothérapique et si l’on fait preuve d’un peu d’imagination ; Mais non si on demande autoritairement de « fabriquer » tel ou tel objet) (p.145-146)
En « Art moderne », nous expliquons une technique et demandons de réaliser un tableau. Mais nous nous interdisons, de manière absolue, toute suggestion ; Lorsqu’un enfant nous demandait s’il pouvait faire ceci ou cela, nous répondions qu’il fasse ce qu’il voulait et comme il le voulait. Pourtant, la liberté semble plus limitée en Art moderne qu’en Art thérapie, les techniques sont aussi variées que les formes d’art.

3) Travail collectif et travail individuel.

En Art thérapie, le travail de groupe à une très grande importance, il instaure une relation autant entre les participants, entre eux qu’avec l’Art thérapeute.
Par contre, en « Art moderne », chaque enfant de 6/7 ans travaillait seul avec nous et leur oeuvre était strictement personnelle. Les enfants de 9/12 ans travaillaient avec nous dans leur classe, mais chacun réalisait un travail individuel. Nos rapports avec les élèves ont été faciles, détendus, amicaux.Cependant, ils n’ont pas exclu que nous utilisions un jour la technique « Art moderne »pour un travail collectif.

CONCLUSION

Art thérapie et Art moderne font appel à des techniques artistiques et suscitent l’activité créatrice des sujets.
Leur but n’est pas le même ; alors qu’en Art thérapie on vise à soigner, améliorer voir guérir des sujets malades, adultes, l’Art moderne est une technique de recherche qui s’adresse à des enfants normaux ( ce qui ne veut pas toujours dire sans problèmes)
Il existe aussi une différence dans le suivi. Il est très long en Art thérapie, quasi inexistant en Art moderne. Nous aurions aimé « accompagner » au moins un certain nombre d’enfants au cours de leur scolarité élémentaire. Les circonstances ne l’ont pas permis.
Nous voudrions terminer par une citation d’Annie BOYER :
« Pour la plupart de nos patients, la création n’est pas reconnue comme un besoin urgent, vital, qui permet sa propre sauvegarde. Peut-être, s’ils connaissaient cela, nos patients ne serait-ils pas malades ? Ceci nous paraît une excellente question »
joomla template
S.I.P.E.

Hôpital La Grave-Casselardit
Service Universitaire de Psychiatrie et de Psychologie Médicale
170 avenue de Casselardit, TSA 40031
31059 Toulouse Cedex 9

SIPE Copyright 2011

Design: Creageek