French (Fr)English (United Kingdom)

La SIPE

Société savante internationale, notre objectif est d'assurer le rayonnement de l'art thérapie.

Elle entend favoriser son essor en rassemblant scientifiques et professionnels de la psychiatrie, de la psychanalyse, de la psychologie et de la sociologie.

Vie de la Société


EN MÉMOIRE D’IRENE JAKAB (1919-2011)

« Irene Jakab nous quittés le 18 juin dernier. Tout le monde sait qu’elle a été une des fondatrices de notre Société, qu’elle lui a apporté sa contribution active, a participé aux rencontres de la SIPE et a milité avec enthousiasme dans le domaine de la psychopathologie de l’expression.

Irene Jakab est née le 15 juillet à Nagyvárad (aujourd’hui Oradea), en Roumanie, et y a fait ses études. Elle a obtenu son diplôme de médecine en Transsylvanie, à Kolozsvár (aujourd’hui Cluj), et a commencé sa carrière de médecin à la Clinique Neuro-Psychiatrique Universitaire de cette ville, auprès du Professeur István Környey. Après la Deuxième Guerre mondiale, la Clinique fut transférée à Pécs, en Hongrie. En même temps, elle fut diplômée en philosophie-psychologie « avec les compliments » du jury, et obtint en 1948 sa maîtrise de psychologie et pédagogie « avec les félicitations » du jury.

En raison de difficultés avec le régime communiste, elle quitta la Hongrie pour la Suisse et, plus tard, pour Paris. Sa carrière médicale à l’étranger démarra à l’Université Harvard (Boston, Etats-Unis) en 1966. Après avoir complété sa formation à l’Ecole de Psychiatrie Menninger, elle partit pour Pittsburgh où, pour la première fois aux Etats-Unis, elle développa le programme John Merck pour les enfants psychotiques arriérés mentaux. Elle fut une enseignante active à l’Université de Pittsburgh jusqu’en 1992. Une fois à la retraite, elle revint enseigner à Harvard et devint consultante à l’Hôpital Universitaire Mclean.

De sa très copieuse production scientifique, j’ai sélectionné ce qui est le plus significatif. Le livre Mental Retardation (Karger, Bâle, 1982) reflète son activité à Pittsburgh : elle y a publié et écrit des chapitres de qualité sur le diagnostic différentiel et les aspects organisationnels de ce thème.

Cependant, son champ principal d’intérêt et d’activité fut la psychopathologie de l’expression, comme le montrent les analyses de son livre Dessins et peintures des aliénés, publié en français et en allemand (Akadémiai Kiadó, Budapest, 1956) ; la version révisée et augmentée a été rééditée et publiée sous le titre Pictorial Expression in Psychiatry (Akadémiai Kiadó, Budapest, 1998), en hongrois et en anglais. Le texte étudie la Collection du Pr Camillo Reuter, en provenance de la Clinique Psychiatrique Universitaire de Pécs ; il s’agit des oeuvres de patients traités à la Clinique entre 1920 et 1959 ; les images stimulantes et expressives reflètent l’ambiance et les conditions de l’hôpital, les traitements et l’attitude des patients selon leur âge ; Irene Jakab analyse les changements de style, par exemple quand des patients qui vont mieux passent d’un style abstrait à un style concret ; le livre expose aussi les aspects hermétiques, symboliques des images et leur composition. Dans la nouvelle édition, parmi de nombreux ajouts, figure l’étude suivie d’un schizophrène de 30 ans, dont le talent s’est manifesté en cours de traitement et qui est devenu plus tard un artiste. Ce livre est devenu un classique en psychopathologie de l’expression : on le cite souvent avec Prinzhorn, Volmat et d’autres pionniers en ce domaine.

Irene Jakab a également écrit un texte très intéressant et réalisé un film sur les Dwellings Imaginary (Demeures Imaginaires) en 1971, montrant les constructions particulières édifiées par les malades mentaux : elle nous présente les tours spéciales de Simon Rhodia à Los Angeles, construites sur une durée de 35 ans ; une autre construction significative qu’elle étudie est l’œuvre d’un schizophrène français vivant près de Chartres et se compose de disques cassés et de morceaux de verres.

En outre, étant une des fondatrices de la SIPE (1959) et plus tard sa Vice-Présidente, elle a fondé l’ASPE (American Society of Psychopathology of Expression and Art Therapy) en 1964 et en est devenue la Présidente. En tant qu’organisatrice et éditrice, elle a fait beaucoup pour le développement de la psychopathologie de l’expression : elle a organisé les Congrès de l’ASPE et en a publié les Actes ; elle a participé aux publications de Confinia Psychiatrica, la revue officielle de la SIPE, jusqu’à ce que celle-ci cesse de paraître ; les quatre volumes de ses publications aux éditions Karger comprennent des articles de qualité sur des aspects variés de la psychopathologie de l’expression et de l’art-thérapie, et traduisent son activité éditoriale pleine d’enthousiasme.

Elle est souvent venue en Hongrie et a participé à six colloques hongrois de la SIPE. Elle demeurait fidèle à Pécs et à sa Clinique Psychiatrique Universitaire et s’y rendait chaque fois qu’elle se trouvait en Hongrie. Elle parlait de nombreuses langues, mais, bien qu’elle fût restée longtemps à l’étranger, elle s’exprimait toujours dans un Hongrois impeccable.

Irene Jakab était connue dans le monde entier. Parmi les prix qu’elle a reçus, signalons celui de la SIPE ainsi que le Prix Benjamin Rush de l’Association Américaine de Psychiatrie, qui lui fut accordé pour ses travaux en faveur des enfants mentalement et émotionnellement perturbés du fait de lésions cérébrales.

Irene Jakab est restée active jusqu’à la fin de sa vie, puisqu’elle projetait d’organiser un Congrès International en 2012. Je ne pense pas exagérer en déclarant qu’elle a consacré sa vie à la science et a été active en ce domaine pendant toute sa vie. » 

(Dr István Hárdi, Vice-Président de la SIPE, Budapest)

joomla template
S.I.P.E.

Hôpital La Grave-Casselardit
Service Universitaire de Psychiatrie et de Psychologie Médicale
170 avenue de Casselardit, TSA 40031
31059 Toulouse Cedex 9

SIPE Copyright 2011

Design: Creageek