French (Fr)English (United Kingdom)

La SIPE

Société savante internationale, notre objectif est d'assurer le rayonnement de l'art thérapie.

Elle entend favoriser son essor en rassemblant scientifiques et professionnels de la psychiatrie, de la psychanalyse, de la psychologie et de la sociologie.

Vie de la société

A PERSPECTIVE ON THE FUTURE OF SIPE

In considering the future it is necessary to think about the past and the present. From my perspective, as a UK art therapist, we have to thank the pioneering work of the late Professor Ralph Pickford and Joyce Laing in creating a small but thriving branch of SIPE in Scotland. Both colleagues, important to the history of both art therapy and SIPE, organised conferences and exhibitions and were active in research and publishing. In England we knew SIPE’s publications but not its members.   During a visit to Paris with Goldsmiths art therapy students in 1981, we became more familiar with the orientation of SIPE and with the way that art therapy was understood in France. In discussion with colleagues in the British Association of Art Therapists in London, and with Goldsmiths, and wanting to become more familiar with SIPE, we decided to make a bid to hold the 1985 congress in London. We successfully presented our proposals at the Munich 1982 Congress. The London conference, being organised mainly by art therapists, not surprisingly took a different direction from previous ones. It was well attended by SIPE members and also by many UK and overseas art therapists, creating a very lively interdisciplinary mix and providing an opportunity for the expansion of SIPE. From then on followed more inclusion of the arts and humanities based discipline of art therapy and the beginnings of a critique of the term ‘psychopathology’ which has never been popular in the UK. The dialogue continued at a slow pace, but deepened at two Scottish conferences in 1994 and 1996. The inclusion of Art Therapy was formalised at the brilliant 1997 SIPE congress in Biarritz, thanks to the efforts of Dr Roux supported by the SIPE bureau. Subsequent years saw an increasingly rich amalgamation of presentations at SIPE events, including discussion of images from medical, psychiatric, art historical, anthropological, psychological, aesthetic points of view. The 2009 Jubilee Congress in Lisbon and the resulting publication ‘From Yesterday to Now’ demonstrated what an unusual, original collection of people and papers made up the collective of SIPE – moreover, how many different countries were engaging in its work.

But – there is a struggle to manage such a multi-disciplinary international organisation with broad and inclusive aims. The profession of art therapy is still struggling for recognition in most countries with very little solid research to back up the claims of its ardent practitioners. There is a lack of clarity about standards, a huge variety of trainings and associations even within Europe, and despite valiant efforts by a few committed individuals, not much enthusiasm for putting in place a regulatory system like that enjoyed in the UK. So art therapy can be perceived as having a marginalised position, just like that of many of our patients: the Outsiders. Indeed, exhibitions of ‘Outsider Art’ have featured prominently in SIPE’s activities over the years.

For the future: what can SIPE offer, given all its potential and its members who have worked tirelessly against the stigma of mental illness and other distressing conditions - bringing attention to the value of image- making as an aid to therapy and potentially leading to a more rewarding way of life, to increased ‘well-being’ for marginalised people? The archives of SIPE and its numerous publications demonstrate that for many patients making art has been a lifeline. However, I believe it is now imperative that we engage in systematic research at all levels. It is not enough to be anecdotal and propagandist. We have moved on from there. Research projects can be small yet well designed, or larger and more ambitious if adequately funded. They can be qualitative, draw on the arts, art history, philosophy and humanities as well as medicine; or quantitative – random control trials designed to discover information that could be generalised. In the latter case, collaboration between several centres and management by experienced teams would be essential. SIPE can also link with other international organisations trying to raise standards and set an example of good practice in training and ethics. Our journal is an excellent opportunity for raising our profile which has not been very high up till now, despite our best efforts – especially those who have organised the congresses as these are a huge task, and with financial constraints, quite risky. We could make more use of technology, skype, video-conferencing for example given the expense of travel.

The website is now very colourful and attractive. Those of us representing SIPE in various countries can continue to send information from and to SIPE to keep it lively. Thanks to the efforts of colleagues in Toulouse, there is now much more information coming through. It is a bonus that this is in both French and English.

For my last point, I would suggest we give serious consideration to our title. It has a distinguished history but does it really represent our Society today? SIPE has to recognise the variety of health and social care systems across its international members’ states, and the needs of the ever-shifting population for appropriate mental health care. Many psychiatric services are now community-based and service user (patient) involvement in all aspects of care and research is well established.

I speak for the UK, but our title, SIPE, has never been popular or well understood there. Increasingly in the shifting world of health care, thinking about images as representing pathology is highly contested.

How about: The International Society for the Study of Expression and Art Therapy?

Personally, I am very happy and honoured to be part of such a lively and diverse group of colleagues and look forward to our many debates!

Pr Diane Waller, vice-présidente de la SIPE-AT

UN FUTUR POUR LA PSYCHOPATHOLOGIE DE L’EXPRESSION ?

Si le renouvellement des générations et la vitalité des centres d’intérêt au sein de la SIPE-AT témoignent d’une créativité toujours aussi alerte et inventive, la psychopathologie de l’expression se doit de proposer et d’encourager de nouvelles orientations qui, à n’en pas douter, se dégageront naturellement des travaux dont les participants aux manifestations nationales et interna-tionales de notre Société sont les initiateurs et les artisans coutumiers.

Trop de contrevérités nous ont été servies depuis des décades (ne serait-ce, par exemple, que l’extinction de la créativité des patients sous l’effet des chimiothérapies psychotropes), trop de facilités se sont imposées aux psychiatres eux-mêmes (le patient considéré exclusivement comme un artiste, alors qu’il n’est pas réductible à cela), trop de dérives aboutissant à la pratique mercantile prenant pour objet le commerce des productions de patients, au mépris de leur sécurité et de leurs intérêts les plus profonds, apparaissent aujourd’hui comme acceptables, sinon séduisantes.

Dans ces conditions, que deviennent la découverte et l’analyse d’œuvres nouvellement conçues sous l’influence des multiples avancées scientifiques et technologiques pourtant bien connues pour solliciter le subconscient et exalter les instincts de l’homme, normal ou psychologiquement perturbé ?

Serions-nous indifférents aux réalisations des patients qui se confient à nous, et dont certains sont les auteurs d’œuvres originales dans le domaine informatique, nouveau terrain d’application d’une créativité moderne mais dévoyée ? Alors que plus personne ne relève le postulat à la limite méprisant de Jean Dubuffet, selon lequel le schizophrène se serait débarrassé de toute culture présentée comme un obstacle à la spontanéité, que deviennent surtout les recherches sur la psychose comme expression culturelle et comme conservation ultime d’un lien social (et culturel) encore subsistant, malgré ses masques et son étrangeté, au sein de ses productions plastiques, musicales et littéraires ? Qui se soucie de réconcilier créativité et culture ?

Cette tâche incombe, semble-t-il, autant aux psychopathologues de l’expression qu’aux praticiens et théoriciens des psychothérapies médiatisées qui se retrouvent pour animer la vie de la SIPE-AT et garantissent l’exercice d’une vigilance créative et d’une saine empathie dans la mise en œuvre des diverses modalités de prise en charge qu’ils sont appelés à dispenser quotidiennement.

Dr Guy ROUX, président d’honneur de la SIPE-AT


Journal de PSYCHOPATHOLOGICA CONFINIA

2013, Vol. 2, N°1.

confinia psychopathologica

L'organe officiel de la SIPE-AT. En voici le sommaire :
  • - Lony Schiltz : Faux self et intégration de l’agressivité à l’adolescence.
  •  - Barboux, J.-L. Sudres et C. Billionnet: House Drawing Test (HDT) as a screening tool.
  • - Zoltan Vass: The pictorial expression of aggression: a new aoproach.
  • - Martin Schuster: Die 5000-jahrige Geschichte der Kinderzeichnung.
  • - Melina Reinhardt: An original method in the analyse of projective drawings and paintings.
  • - About the SIPE-AT
  • - Conferences, exhibitions, training
- La revue est accessible gratuitement en ligne (online) pour tous les membres à jour de leur cotisation.
Pour cela, vous devez impérativement aller sur le site : wwwsipeconfinia.com pour vous inscrire (vous disposerez ainsi d'une "login name" et d'un "password").

Si vous souhaitez la revue en format papier relié classique, cet abonnement est payant et en ce cas, vous devez vous adresser à : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
- Vous êtes invités à soumettre des articles à la Revue par voie électronique en passant par l'adresse suivante : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

>> Tous les détails :
http://www.sipeconfinia.com/ 

 

 

EN 2014, DESSERRONS LES NOEUDS (BORROMEENS SOIENT-ILS) ET GARDONS LES LIENS! 

En rentrant de mes vacances de fin d'année, j'ouvre ma messagerie et je tombe sur le mail de la Ligue des Art-Thérapeutes de Profac, alertant contre la fermeture du DESU Art-thérapie de l'Université Paris 8 et appelant à la diffusion de ce message au réseau social des destinataires, tout en précisant que cette alerte doit conduire à la plus grande vigilance car il n’est pas certain que l‘art-thérapie ne soit pas aujourd’hui, et de manière opportuniste, considérée comme ayant « fait ses preuves ». 

Un peu fatiguée d'entendre et de recevoir des messages qui, à mon sens, essayent de distinguer la "bonne" (fiable, scientifique) de la "mauvaise" (opportuniste, amateur) art-thérapie selon des critères qui consistent à considérer la démarche de celui qui s'exprime comme étant la seule porteuse de vérité en ce qui concerne la fiabilité des pratiques en art-thérapie, je ne peux m'empêcher d'exprimer mes réticences par rapport au message sus-cité, véhiculé par la lettre de la Ligue des Art-Thérapeutes (de Profac, que je respecte pourtant). Puisque je déteste ce mot « vigilance », je renvoie la balle en demandant attention. « Dans un monde de chaos et de violence, il faut prendre soin des mots  comme si, dans leur ventre, ils amenaient le noyau annonciateur d’un autre monde » dit Mia Couto, écrivain mozambicain. Donc attention car :

1. L'art-thérapie et les art-thérapeutes ne sont ni plus ni moins opportunistes que toute autre catégorie professionnelle dans le monde des soins de la personne. Ainsi, je refuse de diffuser cette idée à mon réseau social.

2 . Les art-thérapeutes doivent bien-sûr intégrer les équipes pluridisciplinaires de soins, mais en aucun cas réduire leur action à ce cadre-là; du moment où ils sont compétents dans l'amélioration de l'état de santé général de la personne, ils doivent également pouvoir travailler en libéral ou dans d'autres cadres institutionnels, comme  les établissements socio-éducatifs, par exemple.

3. La mobilisation des capacités créatives et créatrices (qui amènent à une augmentation considérable des capacités de réaménagement des économies psychiques et de résilience, pour éviter, assouplir ou remplacer le symptôme), menée par des professionnels compétents, peut être aussi efficace, voire plus, que d'autres protocoles de soins. Tout dépend de la compétence du professionnel et des besoins de la personne accompagnée à chaque moment de son cheminement thérapeutique.

4. Une démarche centrée sur la mise en route et l'accompagnement de la créativité est très loin de s'inscrire dans le déni de la souffrance psychique de l'être humain. Ce n'est pas parce qu'on travaille AVEC le plaisir qu'on dénie ou refuse la souffrance.

5. Bien évidemment, tout cela ne dispense nullement l'art-thérapeute de connaissances en psychopathologie, mais ne l'oblige pas non plus de coller aux critères diagnostiques médico-psychologiques pour orienter sa démarche d'accompagnement de la personne en souffrance.

6.  Essayer de coller aux protocoles et idées préconçues des administrations pour faire reconnaître le statut professionnel de l'art-thérapie, est-ce rendre service à la reconnaissance des bénéfices et spécificités de cette thérapeutique ? 

7.  Faisons de notre mieux pour que notre combat (justifié) pour la reconnaissance de notre métier ne s'inscrive pas, comme tous les autres combats, dans des propos/objectifs corporatistes.

Claudia Cavicchia, art-thérapeute


 

La SIPE-AT dégage toute responsabilité en cas d’utilisation abusive de son sigle par certains membres à des fins personnelles. Elle met en garde ses membres actifs et ses lecteurs contre une possible récupération


>> Edito
>> Manifestations
>> Appel de cotisation

joomla template
S.I.P.E.

Hôpital La Grave-Casselardit
Service Universitaire de Psychiatrie et de Psychologie Médicale
170 avenue de Casselardit, TSA 40031
31059 Toulouse Cedex 9

SIPE Copyright 2011

Design: Creageek